Denis Corminboeuf

L’image ci-dessus du Rôtillon a été prise en 2004, exposée pour la première fois à l’Espace CHUV en 2010 sous le titre Double Vue (110×285 cm), acquise par le Fonds des Arts plastiques de la Ville de Lausanne et présentée une nouvelle fois à la salle des Pas-Perdus de l’Hôtel-de-Ville dans le cadre de l’exposition Intra Muros en 2016.

Le principe: deux vues du même endroit prises au même moment, mais pas tout à fait identiques: juste un petit décalage d’axe, d’angle, un pas en arrière ou un demi-tour avant/arrière pour décliner le lieu « autrement ». Dans chaque lieu visité, je cherchais ce que je pouvais faire de « plus » qu’une seule image, L’IMAGE parfaite, unique et définitive. Le pourquoi de ce besoin de dualité, je le place aujourd’hui sur un autre plan que celui de l’esthétique. Je m’intéressais à l’espace urbain en déambulant dans la ville, et tout particulièrement à ces endroits, recoins, jardins, murs ou espaces en friche qui semblaient résister miraculeusement à une disparition imminente et programmée de l’environnement.

La thématique de la Disparition me questionne tout particulièrement. Une nécessité intérieure autant qu’extérieure de garder une trace, de faire œuvre de mémoire d’un présent fragile, en suspens ou de ressasser l’énigme du temps qui passé.

Aujourd’hui, je m’occupe des archivages photographiques du service d’urbanisme de la Ville de Lausanne et les images de ces lieux prises 10 ans auparavant appartiennent désormais quasi toutes à la mémoire lausannoise. Le nouveau quartier du Rôtillon, reconstruit après plus de 40 ans de débats, de projets et d’hésitations, est venu remplir le trou, la friche que j’avais innocemment éludée avec mon système de double vue en mettant dos à dos le dépliage des palissades d’un chantier qui n’avait pas encore commencé. Le photographe documentariste de jadis est devenu, par un curieux tour du destin, le documentaliste attitré du présent !

Informations