Jana Trnka

Jana Trnka ne se découvre pas à la légère : elle s’apprivoise, se cache derrière les paradoxes. Vous croyez avoir tout compris de son noir encre de Chine ou de ses mines grasses et vous encaissez aussitôt un formidable uppercut de couleurs inimitables. Vous dégustez des natures mortes ou des intérieurs priécieux ; vous vous retrouvez aussitôt sur des mers imaginaires aux soleils et aux astres généreux. Vous pensez avoir pisté l’humain au détour d’un toile et c’est un bestiaire échappé des peurs ancestrales qui vous happe dans le monde toujours suprenant de cette artiste. Vous gagnez la fraîcheur de son univers et vous brûlez vif de son feu éternel. Vous espérez avori atteint le calme salvateur et vous sombrez sans vous en rendre compte dans un monde de guerres complexes et de tensions personelles excitantes.

La peinture de Jana Trnka se déploie sur tous les supports, colonise illico presto toutes nos pensées, et change durablement les interactions entre les gens et les choses. Car elle est habitée, toujours unique, inspirée de cette part du divin, que seuls approchent les grands créateurs.

Jean-François Fournier

Journaliste-écrivain

dddddddJa

 

Jour

Informations