Laurent Desarzens

Plus que l’homme, c’est son passage qui m’intéresse. J’aime les chemins inconnus, les portes mystérieuses à ouvrir.

Ma technique est « alla prima ». Mon intention est de défricher. Je délaisse l’assainissement.

Je pratique un art du simulacre avec des effets de vérité. Toutefois, il me semble pas qu’il y ait, pour l’artiste, de devoir dans le spirituel ni dans le social.

Mais dans l’évocation : oui.

Informations