Annedominique Chevalley

Ma démarche artistique part d’un geste initial, duquel découle un suivant, puis un autre et encore un autre, … jusqu’au dernier. Une sorte de dialogue se tisse entre mes impressions sensorielles et les formes ou les couleurs : je plonge dans la matière, puis m’en extrais et laisse errer mon regard sur les traces peintes jusqu’à l’émergence de la prochaine nécessité picturale. Le temps ne compte plus, devient infini ou fugace. J’écoute ma peinture comme si elle me racontait des histoires à chaque fois différentes. Je la pose au sol pour certaines interventions ou la replace verticalement pour d’autres, comme si j’entrais en danse, en transe avec elle, corps à corps tour à tour fiévreux, organique, apaisant, fructueux, tendre, curieux, laborieux, amoureux …
Je pourrai dire que ma peinture vient de l’intérieur, de mon espace sacré, pour être offerte à l’extérieur.
Pour peindre, je fabrique mes propres recettes en testant toutes sortes de matériaux : œuf, bitume, peinture acrylique, brou de noix, cendres, sable, Néocolors, etc. que j’applique avec des cartes de crédit périmées, des éponges ou mes doigts sur un papier cartonné, utilisé à la base comme matériel de protection.

Informations