Jacques Diezi

Une longue et admirative attention aux œuvres des grands artistes créateurs d’estampes, musée imaginaire de gravures notamment, m’a finalement amené à tenter l’aventure de mes mains. Hôte de l’atelier Aquaforte de M. Lazega, j’ai donc attaqué plaques de cuivre ou de zinc, de carton ou de plexiglas pour ressentir enfin, selon les jours, l’accablement ou l’euphorie du premier passage sous la presse. La gravure m’a toujours paru être l’un des moyens d’expression les plus décisifs pour exprimer aussi bien la grâce et la tranquillité aussi bien que le tourment et le chaos, la solitude et la multitude, le poétique et le politique. Et cette expression trouve peut-être ses meilleurs effets avec le recours à l’encre noire, car « le noir est la couleur la plus essentielle » (O. Redon). Ce sont donc ces sentiments, touffus et diffus, qui m’ont incité à vouloir fouler des papiers.

Informations