Jean-Daniel Forestier

MA DEMARCHE ARTISTIQUE

Après avoir accumulé des milliers de photos ramenées des quatre coins du monde entre les années 70 et 90, j’ai peu à peu abandonné mon appareil, n’y trouvant plus le même plaisir. Une pause de plusieurs années m’a permis de redéfinir ma vision de la photographie, avec la volonté d’en délaisser l’aspect exclusivement figuratif pour aller vers des images plus abstraites. Revenant à l’étymologie du verbe «photographier», c’est-à-dire «dessiner avec la lumière», je cherche à me rapprocher de l’art pictural non figuratif avec des images où chacun puisse trouver ses propres interprétations. Parfois le détail peut s’agrandir dans d’énormes proportions et le grandiose se réduire à une petite image intime…

Par le choix du sujet, souvent fragmentaire, et par son cadrage, j’essaie de construire des images évocatrices, parfois déroutantes, dans lesquelles souvent le regard se perd. Sans savoir tenir un pinceau ou un crayon, il m’est ainsi possible de créer des toiles abstraites en ne prenant comme sujets que les choses qui m’entourent. Pour souligner cet aspect pictural, mes photos sont toujours tirées sur toile. Toutefois, je tiens à ce qu’elles restent fidèles aux sujets et elles ne sont pas retouchées après coup d’aucune manière.

Je considère donc que les oeuvres d’art sont préexistantes autour de moi. Elles se précisent d’abord quand j’essaie de les capter et de les transmettre, puis dans le regard du spectateur qui y apporte sa propre lecture. Par la suite, le fait de donner un titre, apparemment sans lien direct avec le sujet représenté mais correspondant à une interprétation personnelle, ouvre une porte qui permet au spectateur de chercher ce que l’œuvre éveille en lui et d’y projeter son propre univers intérieur. Mais avant tout, je souhaite partager des émotions, susciter des réflexions ou simplement procurer un instant de plaisir… et que chaque image raconte une petite histoire.

MOMENTS PRÉCIEUX

En ce moment, je présente une série intitulée « Moments précieux », images d’offrandes bouddhistes. Dans toutes les régions bouddhistes en effet, les fidèles en pèlerinage collent des petites feuilles d’or sur les statues de Bouddha, ainsi que sur les murs des bâtiments, les barrières qui les entourent et tout ce qui est en rapport avec le site. Dans ces offrandes, l’utilisation de la feuille d’or transforme une simple sculpture ou construction, l’embellit, la rend précieuse et la protège. En effet, l’une des deux principales qualités de l’or est d’être inoxydable et de traverser le temps sans se ternir. L’autre particularité de l’or est bien sûr sa rareté et la préciosité de tout objet en contenant, son utilisation démontre donc l’importance qu’on accorde à Bouddha et à cette offrande symbolique. Les images de ces traces de passages de pèlerins proviennent toutes de Sarnath en Inde, lieu connu comme étant le site du premier sermon de Bouddha ce qui en fait l’un des plus sacrés du bouddhisme.

PARCOURS

A 22 ans, photographe certifié, je suis sorti de ma chambre noire lausannoise pour m’envoler vers la lumière de l’Amérique latine, première destination lointaine après quelques pérégrinations adolescentes à travers l’Europe. Je m’y suis découvert une passion pour le voyage qui, en près d’un an sur place, a eu le temps de profondément s’enraciner et que je cultive depuis près de 40 ans en parcourant le monde. Entre deux vols, j’ai exercé mille activités : outre la pratique de mon métier de photographe, j’ai créé une revue satirique (Roses Noires), animé un cabaret-théâtre (Le Noctambule) et me suis fait tour à tour vendeur d’encyclopédies au porte-à-porte, conseiller financier, marchand de paillassons, déménageur, travailleur social, aide-pépiniériste, animateur d’agence matrimoniale et veilleur de nuit, entre autres découvertes…

En 1983, parti pour un voyage de plusieurs mois en Asie, j’y ai découvert tout particulièrement l’Inde, en un immense coup de cœur qui m’a poussé à y retourner à plusieurs dizaines de reprises. Le pays, sa culture et ses habitants m’ont séduit si complètement que j’ai choisi en 1989 d’y emmener d’autres voyageurs et d’en faire mon métier. A ce jour, le nombre de mes séjours en Inde dépasse la centaine, pour une durée cumulée de plus de cinq ans sur place.

Aujourd’hui, je partage mon temps entre voyages et photo.

EXPOSITIONS:

2008 : Galerie Marsens, Chexbres

2009, 2010, 2012, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2019 : Participation à APERTI.

2010 : Galerie-club One Year Only, Lausanne.

2011: Galerie Synopsism, Lausanne.

2012 : Galerie V. Pfeiffer, Rolle.

2013 : Domaine du Cotrable, Villars-sous-Yens (exposition collective).

2014 :
– Galerie du Pressoir, Ecublens.
– Place suisse des Arts, Lausanne (exposition collective).
– Galerie ELA, EPFL, Ecublens

2015 : Galerie V. Pfeiffer, Rolle.

2017 : Festival Altitudes, Bulle (exposition collective).

2018 :
Galerie du Pressoir, Ecublens.
Galerie du Carolin, Syens.

2019 : Galerie du Magasin du Monde, Vevey

2020 : Galerie Espace 52, St-Sulpice

Informations