Joanna Ingarden

 

PHOSPHENES

Empreintes lumineuses sur la rétine, paupières closes et souffle retenu.
Tissages chromatiques sur toile brute, à l’instar de la givre qui cristallise une vision fugitive sur une surface vitrée.
Aéro-graphies des émotions et du vécu.

Fil conducteur de mon travail pictural en résidence cet hiver au Mont-Pelerin.
Le temps suspendu, entre ciel et eau,
en apesanteur.

À l aide de techniques mixtes en résine acrylique et pigments sur toile, ainsi qu’à l’encre de Chine et empreintes monotypes à l’encre de linogravure sur papier.

À travers une narration picturale elliptique une re-composition de l espace où s’ouvrent des brèches autorisant toutes sortes de translations imprévues.

Informations